Vendredi. Changez rien !

Vendredi. Changez rien !

 

Malik Bentalha ne joue pas de guitare, ne chante pas franchement bien (sauf si vous aimez Michael Jackson sous helium), mais c’est pourtant bien lui qui ouvre les vannes de ce Jour 2. Le Chapiteau rigole et se régale. « Belfort, changez rien vous êtes les meilleurs ». Plaisir partagé Malik. D’autres qui ne changent pas c’est John Butler Trio dont le blues-rock s’accorde si bien avec le soleil illuminant la Grande Scène. Les californiens laissent la place chaude à Alpha Blondy venu honorer la paix, l’amour et le reggae en costard turquoise. Yes high ! On prend le shuttle pour rejoindre la Plage sur laquelle les normands de MNNQNS déroulent un brit-rock fougueux. Avec la grande roue dans le dos, on se croirait à Brighton, même s’il manque les mouettes et le Fish and chips (remplacé ici par le plus local «hot dog de Montbéliard). Ninho rameute les kids sous le Chapiteau tandis que les oreilles curieuses s’approchent de la Loggia pour la création franco-coréenne Jambinai & La Superfolia Armaada. Un moment intense, surprenant, poétique, et pas mal d’autres superlatifs pour cette création post-rock cousue main pour ces Eurocks 2019. La nuit commence à tomber, alors on ressort les guitares, les Wayfarer et le jean slim caché au fond du sac pour le grand enchaînement rock du soir. D’abord façon Led Zep avec RIVAL SONS, puis carrément punk avec IDLES et enfin weird coréen avec DTSQ. « La prochaine fois j’étudierai le français » annonce le chanteur séoulite sur scène grâce au traducteur robotique de son iphone. Ça tombe bien, ce sont bien trois frenchies qui électrisent la fin de ce Jour 2 : Nekfeu, Jeanne Added et Petit Biscuit. « Je suis très impatient, mais j’ai aucun stress » raconte ce dernier en conf de presse, juste avant son live. Grande scène. Petit Biscuit. Gros morceau.

 

Texte : Baptiste Roux Dit Riche